Journée internationale de la femme : comment les technologies de l’information et les médias peuvent-ils contribuer à renforcer la participation des femmes au débat démocratique local sur la résolution des conflits, la cohésion sociale et les élections en RDC ?

Journée internationale de la femme : comment les technologies de l’information et les médias peuvent-ils contribuer à renforcer la participation des femmes au débat démocratique local sur la résolution des conflits, la cohésion sociale et les élections en RDC ?

En République démocratique du Congo, les prochaines élections présidentielles et législatives sont prévues en décembre 2023. Depuis le premier processus électoral en 2006, les élections ont toujours été une période de tensions et de violences dans le pays. Ce processus électoral n’y échappe pas : insultes et discours de haine sur les médias sociaux, montée du tribalisme et résurgence des conflits locaux (5,7 millions de déplacés internes en février 2023). L’Est du Congo, déchiré par les conflits, n’est pas encore stabilisé malgré l’instauration de l’état d’urgence dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Le M23, soutenu par le Rwanda, a lancé une offensive dans le Nord-Kivu depuis mars 2022 et menace maintenant Goma, la capitale du Nord-Kivu. Comme dans la plupart des pays d’Afrique, les ménages congolais sont confrontés à l’inflation, notamment sur les produits de première nécessité. Les femmes congolaises souffrent profondément de cette situation car les inégalités entre les hommes et les femmes sont profondes. Le développement de l’internet et des communications mobiles offre de nouvelles opportunités aux femmes de participer aux débats nationaux et locaux sur les décisions publiques relatives à la résolution des conflits et au maintien de la cohésion sociale pendant la période électorale.

Pour la Journée internationale de la femme, le 8 mars, le programme Media Sector Development Activity (MSDA) soutient trois organisations de femmes (Afia Mama – Haut Katanga, Union Congolaise des Femmes de Médias/UCOFEM – Kasaï Central, Solidarité des Femmes de Fizi pour le Bien-Être Familial) qui collabore avec des radios communautaires pour organiser des débats publics réunissant 40 à 50 membres d’organisations de femmes, de la société civile, des journalistes et des autorités locales pour discuter de la contribution des technologies de l’information et des médias locaux à la participation des femmes dans le débat sur la résolution des conflits, la cohésion sociale et les élections à Likasi (Haut Katanga), Kananga (Kasaï Central) et Fizi (Sud Kivu). Deux stations de radio partenaires de MSDA (RCK Likasi, Radio Muungano) et l’Union des Radios Associatives et Communautaires du Kasaï Central (URACKOC) fournissent des services d’enregistrement audio et de montage aux organisations de femmes pour produire des débats radiophoniques de 45 minutes qui seront diffusés dans 5 à 7 radios partenaires de la région.

Cette semaine, six autres débats seront organisés à Butembo (Nord-Kivu), Mbuji Mayi (Kasaï Oriental), Bunia (Ituri) le 9 mars, Bukavu (Sud-Kivu) le 10 mars, Beni (Nord-Kivu) et Walungu (Sud-Kivu) le 11 mars.

Avec le soutien de MSDA, quatre associations de femmes professionnelles des médias (ACOFEPE, UCOFEM, AFEM-Sud Kivu et UCOFEM Haut Katanga) organiseront des Foires des Femmes de Médias à Lubumbashi (Haut Katanga) le 16 mars, Bukavu (Sud Kivu) le 17 mars et Kinshasa le 24 mars. Les panelistes discuteront des solutions pour limiter le harcèlement en ligne des femmes journalistes et des opportunités offertes par les technologies de l’information aux femmes journalistes.

Kinshasa, Journée Mondiale de la Radio (JMR) 2023 : Exposition-photo sur la place des Evolués

Kinshasa, Journée Mondiale de la Radio (JMR) 2023 : Exposition-photo sur la place des Evolués

La Fédération des Radios de Proximité du Congo (FRPC), en collaboration avec le Ministère de la Communication et des Médias, avec l’appui technique d’Internews, organisent du 13 au 18 février 2023 une exposition photo « Radios Congo » à la Place des Evolués dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

Cette exposition photo organisée dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale de la Radio, le 13 février, sera une occasion de présenter le travail d’information des journalistes des radios communautaires sur des thématiques d’intérêt public clés, avec un focus sur les journalistes femmes ou issues des groupes vulnérables et son impact communautaire notamment au travers des radio clubs.

Au total 6 photographes présenteront leurs œuvres axées sur les confits locaux, les questions minières, la gestion du système de santé, la participation citoyenne au débat public à Kinshasa, en Ituri, au Kasai Oriental, au Sud Kivu, au Tanganyika, dans le Lomami, en Equateur, au Kongo Central, au Kwilu,dans le Haut Katanga, au Lualaba et dans la Tshopo.

Pamela TULIZO : artiste photographe documentaire et journaliste. En 2020, elle remporte le prix Dior de la photographie et arts visuels pour jeunes talents.

Fiston WASANGA : passionné de documentaires, spécialiste dans la production de films et vidéos sur la protection et la sauvegarde de l’écosystème en RDC.

Godelive KASANGATI : spécialisée sur les questions d’identité, de mémoire et de lieu, les croisant avec des idées post-humanistes.

Arlette BASHIZI : elle couvre depuis 2018, la vie sociale de la RDC, tout en montrant une image positive de sa communauté. Son angle de prédilection est toute question liée à la femme et à la jeunesse, ceci dans le but de les valoriser en leur accordant une place importante dans la communauté.

Raïssa KARAMA : elle voit la photographie comme un outil puissant, qui, à la fois, dépeint l’injustice sociale, apporte la dignité à un peuple, mais aussi, promeut la beauté et le potentiel, qu’elle voit dans son pays.

Thomas FRETEUR : photographe documentaire. Ses photographies se présentent sous forme de récits : il en a recueilli au travers des tombeaux sacrés haïtiens, des déchets belges post-industriels, dans les intérieurs new-Yorkais et tant d’autres.

Cette exposition photo est organisée dans le cadre du programme Media Sector Development Activity (MSDA), financé par l’USAID, la coopération suédoise au travers du projet 3R-RDC, et la coopération suisse.

VBG : Internews appuie les activités de sensibilisation de ses partenaires

VBG : Internews appuie les activités de sensibilisation de ses partenaires

Internews a appuyé les activités ses partenaires locaux dans la mise en œuvre de la campagne mondiale des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre qui se tient du 26 novembre au 10 décembre de chaque année. Pour cette année 2021, des organisations féminines et des médias ont menées des actions de plaidoyer et de sensibilisation de la presse et de la société civile. Cet appui est rendu possible grâce au programme Media Sector Development Activity (MSDA) financé par l’USAID et les coopérations suédoise et suisse.

Une émission “Stop aux Violences” sur l’accès à la justice des victimes

Internews a appuyé la production de l’émission radiophonique “Stop aux Violences” produite par l’Association des Femmes des Médias du Sud-Kivu (AFEM-SK), une diton spéciale portant sur la problématique de l’accès à la justice des survivantes des violences sexuelles et basées sur le genre en RDC. Dans cette émission, les femmes victimes de violences sexuelles racontent leur histoire et expriment leurs difficultés à accéder aux instances judiciaires pour plaider leurs causes.

Cette émission radiophonique est traduite en français et en 6 langues nationales dont le lingala, le kikongo du Kongo Central, le kikongo du Bandundu, le tshiluba, le swahili du Katanga et le swahili du Kivu. Afin d’atteindre un plus grand nombre, elle a été distribuée pour diffusion aux réseaux des radios communautaires du programme MSDA et disséminées à travers toute la RDC.

Ecouter l’émission ici :

Français
Swahili du Kivu
Swahili du Katanga
Tshiluba
Kikongo du Kongo Central
Kikongo du Bandundu

News Forum d’Actualite.cd sur les VBG

Internews a appuyé, le 26 novembre, la réalisation du News Forum, une émission interactive produite par Actualite.cd autour du thème ayant connu la participation de Mme Jeanine Mabunda, ancienne conseillère du Chef de l’Etat en matière de violences sexuelles, l’Honorable Christelle Vuanga, député nationale et Présidente de la Commission Genre, Famille et Enfant de l’Assemblée nationale et Emmanuella Zandi, activiste contre les violences sexuelles comme invités. Par ailleurs, Mme Julienne Lusenge, directrice exécutive du Fonds pour les Femmes Congolaises (FFC) et militante primée contre les violences sexuelles en RDC, était également présente à cette émission, en plus de la presse et de plusieurs activistes des droits de l’Homme.

Sensibilisation et échanges

Internews a également appuyé les organisations féminines locales à travers la tenue de diverses activités à Lubumbashi, Bukavu et Kinshasa.

Autour du thème de l’accès à la justice des victimes des violences sexuelles et basées sur le genre, plusieurs cafés presse se sont tenus le 26 novembre à Lubumbashi, avec l’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM), le 1er décembre à Bukavu avec l’Association des Femmes des Médias du Sud-Kivu (AFEM-SK) et à Kinshasa le 09 décembre.

Ces rendez-vous d’échange avec les médias étaient élargis aux organisations des droits humains poursuivaient l’objectif premier de contribuer à la réduction des violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) au sein des communautés et améliorer l’accès à la justice pour les survivantes à travers notamment la mobilisation des médias pour la production et la diffusion du message   dans la lutte contre les violences sexuelles et pour combattre l’impunité.

A Bukavu, AFEM-SK a réuni les autorités politico-civiles et militaires, les leaders religieux et les défenseurs des droits humains autour d’une table-ronde ayant pour thème « La problématique des femmes accusées de sorcellerie ». Cette assise a permis d’identifier des causes, mais également les conséquences de ces accusations qui sont, entre autres, le rejet social, la stigmatisation, la rupture familiale, la torture physique, la destruction familiale, la déconsidération sociale, la présence des enfants de la rue à la suite des ruptures familiales.

Lire : Sud-Kivu : Des autorités, journalistes et acteurs de la société civile s’engagent à lutter contre les accusations de sorcellerie des femmes 

Manuel de formation sur la traite des personnes à l’intention des Journalistes de la RDC