Kinshasa : Internews renforce les capacités de ses partenaires en politique de gestion des subvention et outils de rapportage

Kinshasa : Internews renforce les capacités de ses partenaires en politique de gestion des subvention et outils de rapportage

Du 6 au 7 Septembre 2022, Internews a renforcé les capacités de ses partenaires subventionnés dans le cadre du projet « Renforcer les Radios Rurales en RDC (3R-RDC) », en matière de politique de gestion des subventions et les outils de rapportage, au collège Boboto à Kinshasa. La formation a permis de mieux comprendre certains des défis auxquels les partenaires locaux sont confrontés dans la gestion des sous-subventions et le niveau de ressources dont ils disposent pour résoudre ces problèmes.

 Les modules suivants ont été développés,  : Le Système d’octroi de Subventions par Internews, la gestion légale des ONG Locales en RDC, les Outils de planification des activités et  les éléments d’un rapport narratif périodique acceptable et viable.

 Sept organisations partenaires ont pris part à cette formation, venues de différentes provinces de la RDC à savoir : Habari RDC, Groupe Comédiens Citoyens (GCC), Les Amis de la Bonne Communication (ABCommunication), Association des Medias Associatifs et Communautaries de l’Equater (AMACEQ), Les Engagés, Œuvre De L’église De Réveil A L’Egalite Du Genre Au Congo (OEREGC), et  Radio Télévision LUMIERE.

Après la formation, les participants ont exprimé leur satisfaction notamment  Peter Ggbiako, journaliste et secrétaire exécutif de l’ONG AMACEQ qui s’est exprimé en ces termes : « je suis très content de participer à cette formation de mise à niveau des partenaires subventionnés sur la politique de gestion de subventions d’Internews et des outils de rapportage. C’est ma première fois de participer à une telle formation, elle a réellement été bénéfique pour moi et pour mon organisation. J’ai appris comment nous devons être en ordre avec les services de l’Etat congolais. En ce qui concerne la visibilité de nos activités, nous avons appris l’importance d’être sur les réseaux sociaux, parler de nos activités sur ces plateformes pour permettre à la communauté de prendre connaissance des activités que nous faisons. »

Mme Dorcas Biya, chargée de projets au sein de l’ONG Groupe des comédiens citoyens (GCC) a déclaré : « pendant ces deux jours de formation enrichissants et intenses, j’ai appris comment on rédige un bon rapport narratif, les éléments à mettre dans un rapport et ce qui ne doit pas y figurer, mais aussi l’importance d’associer les pièces justificatives dans le rapport. Nous avons appris comment promouvoir nos activités en assurant leur visibilité. Je remercie Internews pour cette formation, il y a beaucoup de choses que nous ne faisions pas avant, je dirai grâce aux notions acquises dans cette formation, que la réussite de nos projets est assurée. »

Cette formation a été rendue possible grâce au financement de la Coopération Suédoise (SIDA) dans le cadre du projet « Renforcer les Radios Rurales en RDC (3R-RDC) », qui a pour objectif général de promouvoir un secteur des radios communautaires plus ouvert et plus dynamique qui répond aux besoins d’information des citoyens dans les zones rurales (avec un accent sur les femmes et les jeunes) et renforce leur participation au débat public.Le projet de Renforcement des Radios Rurales en RDC (3R-RDC) contribue au programme Media Sector Development Activity (MSDA) financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), la Coopération suédoise et l’Agence suisse de développement.

RDC : Internews forme 29 formateurs en collecte des rumeurs sur les élections en 4 provinces.

RDC : Internews forme 29 formateurs en collecte des rumeurs sur les élections en 4 provinces.

Dans une série de formations qui a commencé à Goma le 2 aout dernier, Internews a outillé ses partenaires membres des Commissions Diocésaines Justice et Paix (CDJP) et ceux de Congo Check et Next Corp, en collecte de données sur les rumeurs, désinformations, mésinformations et discours de haine concernant les élections et le processus électoral. Après Goma, Bukavu et Kinshasa, Internews a clôturé cette formation à Mbandaka, province de l’Equateur, le 19 août dernier. 29 personnes ont été formées dont 9 femmes

Ces formations ont été organisées dans le cadre du projet Media Sector Development Activity par le biais du fonds EPP « Promoting Citizen Engagement through Accurate and Reliable Information on the Electoral Process in the Democratic Republic of Congo » visant à permettre aux citoyens de disposer d’informations précises et pertinentes sur le processus électoral en RDC.

« Cette série de formations était destinée aux formateurs de ceux qui vont collecter les feedbacks sur le terrain et en ligne sur les médias sociaux. Il s’agit des CDJP des 9 provinces et deux autres organisations spécialisées en collecte de feedbacks en ligne : Next Corps et Congo Check. Nous sommes en train de les outiller au travers des exercices pratiques qui puissent leur permettre de se familiariser avec l’outil de collecte des rumeurs, sur le terrain dans la communauté comme sur les médias sociaux » propos de Pierre Ndamwenge, Analyste de données d’Internews et formateur en collecte de données.

Fidele Kitsa, l’un des participants à la formation de Goma et membre de Congo Check, a manifesté sa reconnaissance en ces termes : « Je suis reconnaissant envers les organisateurs, car les notions apprises au cours de cette formation me seront importantes non seulement pendant cette période électorale mais aussi tout au long de ma carrière de journaliste. Avec cette formation, j’ai été outillé sur la gestion des rumeurs. J’ai compris que si les rumeurs ne sont pas bien gérées, elles risquent de causer des dégâts immenses, avec des conséquences multiples. Par rapport à l’usage de l’application de collecte que nous avons apprise, ce sont de nouvelles notions que j’ai reçues. Nous avons aussi pris soin d’émettre auprès des organisateurs des recommandations qui vont permettre au processus électoral en RDC de bien se passer grâce au travail que nous allons faire dans ce projet. »

Hélène Maseya, membre de la CDJP Kinshasa, a déclaré après la formation : « Je suis très satisfaite de la formation car elle m’a aidé à dissiper certaines confusions que j’avais sur les concepts des rumeurs. Cette formation nous a permis aussi de prendre conscience du danger des rumeurs si elles ne sont pas bien gérées. »

On espère que ces formations créeront un mécanisme permettant de mieux comprendre les préoccupations de la communauté par rapport au processus électoral. Elles renforcent les capacités des partenaires locaux (CDJP, CongoCheck et Next Corp) et les mettent dans une meilleure position pour répondre aux rumeurs, aux discours de haine, à la désinformation relative au processus électoral dans le but d’améliorer la compréhension des citoyens du processus électoral et d’inspirer leur participation active et pacifique aux élections.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du Programme Media Sector Development Activity (MSDA) financé par l’Agence américaine de développement USAID avec les efforts conjoints des Coopérations Suédoise et Suisse.

Note d’information relative aux droits, taxes et redevances payés par les radios de proximité en République Démocratique du Congo

Troisième Policy Brief – Les Limites à la liberté d’expression au regard des normes internationales

Médias2I : Emmy Check remporte le hackathon sur les fake news

Médias2I : Emmy Check remporte le hackathon sur les fake news

La solution Emmy a remporté le hackathon sur la lutte contre les fake news qui s’est clôturé le samedi 30 octobre à Silikin Village. Emmy est une plateforme qui fonctionne sur le Web et le mobile et dans laquelle les utilisateurs font vérifier les informations douteuses. Cette vérification est faite à travers des plateformes certifiées et des experts médias. Emmy Check intègre également le SMS.

Emmy propose un système intelligent tournant sur une architecture logicielle et donnant aux internautes la possibilité de vérifier la véracité d’une information provenant d’une source peu fiable. Son fonctionnement repose sur un outil efficace basé sur l’intelligence artificielle qui permet d’analyser et de rechercher dans les pages web de sources fiables (partenaires médias en ligne, etc.) les moindres correspondances avec ce que recherche l’internaute afin de vérifier sa précision. De plus, le système pourra avertir ses utilisateurs de la présence de fake news en circulation.

Emmy Check a remporté un prix de 2.500 $ et un accompagnement de Kinshasa Digital pour perfectionner sa solution. Le deuxième gagnant a remporté un prix de 1.500$. C’est l’équipe Yebela et sa solution du même nom. YEBELA est une plateforme de signalisation de fausses offres d’emploi qui foisonnent sur Internet et demande une contrepartie aux postulants.

Les deux équipes vont passer une période d’incubation de 2 mois afin de concrétiser la solution. Leurs solutions seront ensuite présentées à différents partenaires techniques et financiers.

L’Hackathon sur la lutte contre les fake news était organisé, du 29 au 30 octobre, dans le but de répondre aux défis auxquels font face les médias en ligne et la presse écrite en RDC face à la prolifération des fausses nouvelles. Il a consisté à mettre en compétition des développeurs, référents éditoriaux et experts en communication afin de leur permettre de proposer des solutions numériques innovantes pour combattre les fausses nouvelles.

La solution recherchée était une plateforme d’identification et de signalement des fake news. Cette solution technologique ne devrait pas toujours nécessiter l’accès à Internet pour les utilisateurs n’y ayant pas accès.

Ce hackathon est le premier d’une série en vue de soutenir le secteur médiatique à l’utilisation des outils numériques existants pour un secteur des médias plus viable économiquement. Il était organisé par l’Association des Médias en Ligne de la RDC (MILRDC) et Internews avec le financement de l’Union Européenne et le programme MSDA, financé par l’USAID et les coopérations suédoise et suisse. Il a bénéficié de l’accompagnement de Kinshasa Digital et du ministère du numérique.